Actualités

Être masseur-kinésithérapeute dans la réserve du service de santé des armées

Le corps des masseurs-kinésithérapeutes (MK) se développe depuis des années au sein du service de santé des armées. Présent au sein des hôpitaux d’instruction des armées, le métier s’exerce également dans les antennes médicales ainsi qu’en mission extérieure. Suivez l’exemple de nos trois masseurs-kinésithérapeutes de réserve exerçant auprès de l’aviation de chasse de l’armée de l’Air.

 

 

Clément (Base Aérienne 705 de Tours)

Afin d’optimiser le potentiel des personnels navigants (PN) et non navigants, Clément a récemment décidé d’exercer comme réserviste au sein de la 111ème Antenne Médicale de la Base Aérienne 705 de Tours. La BA 705 est la première base chasse du parcours de formation des chasseurs de demain. Passionné par l’aéronautique, Clément a saisi l’occasion de s’investir au sein de la réserve.  Selon lui, la kinésithérapie a un rôle central dans la prévention et le traitement des troubles liés aux contraintes de l’Alphajet. Ce premier aéronef à réaction expose à de nouvelles contraintes les élèves et dont ses soins permettront d’atténuer les effets.

Clément est un Masseur-Kinésithérapeute libéral spécialisé dans la kinésithérapie du sport et exerce au sein d’un cabinet de groupe. La réserve lui permet de diversifier son activité. Présent une fois par semaine, il possède une grande autonomie d’action et découvre un milieu spécifique.

Clément propose, aussi, ses compétences aux PN de la Section aérienne de gendarmerie ainsi qu’à tous les personnels non-navigants de la base aérienne. Il travaille en lien direct avec les autres professionnels de santé présents à l’antenne médicale afin d’établir des processus communs : conseiller, évaluer en lien avec les médecins, prévenir l’apparition de troubles et débuter le cas échéant le traitement kinésithérapique au sein de l’antenne.

 

Marion (Base Aérienne 701 de Salon de Provence et BA 115 d’Orange)

Marion est kinésithérapeute et femme de militaire. C’est à travers les mutations de son mari que Marion s’est intéressée à l’activité opérationnelle de l’Armée de l’Air ainsi qu’à l’organisation du service de santé des armées. Passionnée de médecine aéronautique, Marion a décidé de sauter le pas en intégrant la réserve opérationnelle en 2017. Elle est affectée au sein de la 158ème Antenne Médicale, sur la Base Aérienne 701 de Salon-de-Provence.

Spécialisée en traumatologie sportive et rééducation posturale, Marion met à profit ses compétences au service des élèves de l’Ecole de l’Air. En effet ces jeunes rencontrent des contraintes liées à la pratique régulière d’activité sportive et sont aidés dans le développement de leur potentiel musculaire en vue de leur future carrière. Marion soutient aussi les unités navigantes notamment celle des Equipes de Présentation de l’Armée de l’Air dont l’Equipe de Voltige de l’Armée de l’Air (EVAA) qui sont soumises à de nombreuses contraintes physiques.

C’est sur un rythme de 30 jours par an que Marion quitte son cabinet libéral, pour vivre une expérience unique caractérisée par un milieu où la singularité militaire est tout aussi développée que la cohésion et la richesse relationnelle.

Depuis peu, Marion propose également ses compétences à la 5ème Escadre de Chasse située sur la BA 115 d’Orange pour soutenir des unités ayant une activité au rythme intensifié.

Vincent (Base Aérienne 133 de Nancy-Ochey)

Entré dans la réserve depuis janvier 2012, Vincent soutient la 3ème Escadre de Chasse sur la Base Aérienne de Nancy-Ochey. Il est affecté à la 50e Antenne Médicale et est présent une fois par semaine.

Les PN, pilotes et navigateurs de combat de la 3ème Escadre, subissent quotidiennement des contraintes aéronautiques liées à leur milieu d’évolution. En pratique, nous pouvons citer la fréquence et la durée élevées des vols, les caractéristiques de l’aéronef (Mirage 2000 D), les types de mission parmi lesquels le Close Air Support (CAS), le bombardement, le combat aérien. Plus spécifiquement, le facteur de charge, les jumelles de vision nocturne et bien d’autres composants extrinsèques accentuent la vigilance paramédicale. Les facteurs intrinsèques propres à chaque PN sont également importants à appréhender : leur état de fatigue, leur entrainement, leur éducation à prévenir et déceler leurs troubles ainsi que les consignes de prévention qu’ils appliquent.

Vincent est spécialisé dans la kinésithérapie du sport et a été formé aux spécificités du milieu aérien : découverte et familiarisation d’un cockpit, connaissance du langage aéronautique, des spécificités de la chasse, des missions et de leurs déroulements, des spécificités des aéronefs. Il a participé à certaines missions d’entrainements avec les différents escadrons. Il a bénéficié d’une formation aéro-médicale sur les contraintes physiologiques liées aux vols dispensés par les médecins spécialisés en médecine aéronautique et a été sensibilisé aux protocoles de sécurité aérienne.

Vincent soutient également la section aérienne de gendarmerie de Metz. Il a participé à plusieurs exercices de l’armée de l’air de grande ampleur, à plusieurs meetings et a été déployé en opération extérieure. Il continue à être volontaire pour partir en mission.

RÉSEAU WEBSSA | MENTIONS LEGALES | SUIVEZ-NOUS