Actualités

Immersion au sein de la première antenne médicale – Balard, au ministère des Armées

Dans la lutte contre la propagation du coronavirus, la médecine des forces a amplifié son offre de soin aux militaires et civils de la Défense, ainsi qu’à leurs familles. Malgré le confinement, le service de santé des armées assure la continuité de son action grâce à la télémédecine. Cela permet de soulager le réseau de santé civil et contribue ainsi à la résilience de la Nation. Immersion au sein de la première antenne médicale – Balard, au ministère des Armées.

Paris, XVe arrondissement, sur le site du ministère des Armées.

L’antenne médicale de Balard soutient environ 8 000 militaires et 4 000 civils de la Défense. Durant le confinement, elle assure les consultations physiques sur rendez-vous, mais aussi les téléconsultations et les urgences.

Les téléconsultations sont disponibles et opérationnelles 24h/24.

Mises en place par la médecine des forces du service de santé des armées, elles sont ouvertes aux militaires, aux civils de la Défense ainsi qu’à leurs familles. Tous peuvent donc consulter un médecin sans se déplacer. « Lorsqu’on a un ressortissant du ministère en téléconsultation, on se renseigne sur la santé des autres membres de la famille », explique le médecin principal Alexandre.

Cette télémédecine est très utile, notamment pour les ressortissants du ministère qui habitent loin de leur garnison, comme les célibataires géographiques.

Au sein du service de téléconsultation, deux auxiliaires sanitaires réceptionnent les appels et recueillent les premiers éléments qui permettront aux deux médecins d’effectuer les téléconsultations. Pour compléter ce dispositif opérationnel en heure ouvrable, un responsable s’occupe de la logistique.

TixeoCare : l’application de télémédecine

Les médecins peuvent échanger avec les patients par visioconférence

Outre les consultations par téléphone, les médecins peuvent échanger avec les patients par visioconférence, grâce à l’application de télémédecine « TixeoCare ». Ce système a été choisi par la direction de la médecine des Forces afin de faire face à la pandémie du Covid-19.

Pour accéder à ce dispositif, le personnel du ministère des Armées a reçu un courriel de la Direction générale des finances publiques détaillant la procédure. Ils peuvent ainsi contacter l’antenne médicale la plus proche.

« Ici, personne ne compte ses heures. » Médecin principal Alexandre

Si un médecin peut effectuer 20 à 25 consultations par jour, ce chiffre peut monter jusqu’à 40 avec le dispositif de téléconsultation. Actuellement, la majorité d’entre elles sont liées au Covid-19.

« Grâce à la téléconsultation, il n’y a aucun risque de contamination des locaux. Cela permet de gagner du temps car lorsque le personnel décontamine les salles, les soins médicaux sont suspendusNous répondons à beaucoup de sollicitations liées au stress généré par la pandémie. On peut rassurer les patients, en leur envoyant notamment des fiches avec toutes les informations utiles. Ce gain de temps va nous permettre d’apporter des réponses au plus grand nombre », précise le médecin principal Alexandre.

A Balard, un protocole d’hygiène strict a été mis en place afin d’accueillir les patients pour les consultations physiques. Chaque zone a son code couleur en fonction du risque de contamination : la salle d’attente et la salle de consultation sont classées « rouge », ce qui correspond au risque maximal de contamination ; les zones qui ne reçoivent pas de patients sont « vertes », soit le risque minimal. Par ailleurs les mesures barrières sont strictement appliquées dans l’ensemble de l’antenne.

Équipée d’une tenue de protection, d’un masque, de lunettes et de gants, l’infirmière accueille le patient à l’extérieur du bâtiment. Elle lui applique du gel hydroalcoolique et lui fournit un masque de protection, un préalable avant de pouvoir entrer dans la salle d’attente.

L’infirmière prend la température, la tension et le pouls du patient avant de l’installer dans la salle d’attente.

Durant l’attente, le patient doit rester sur sa chaise pour éviter d’éventuellement contaminer d’autres surfaces.

Une salle de consultation est dédiée au Covid-19. Aucun instrument médical ne sort de cette salle, pas même un stylo. Les fiches de soins sont scannées.

Pour ausculter le patient, le médecin est équipé d’éléments de protection. L’antenne médicale de Balard peut également effectuer des tests de prélèvement nasopharyngé ( une sorte de grand coton-tige inséré dans le nez ) pour confirmer les symptômes du Covid-19 et autoriser, ou non, le personnel militaire ou civil à poursuivre sa mission. Après sa consultation, le patient quitte le bâtiment par une autre issue, afin d’éviter de repasser par la salle d’attente.

Sources : Ministère des Armées

 

RÉSEAU WEBSSA | MENTIONS LEGALES | SUIVEZ-NOUS