Le service de santé
des armées

Le personnel

14 760 femmes et hommes, civils et militaires, dédiés à la prise en charge médico-chirurgicale des armées et de la Gendarmerie

70% Militaires / 30% Civils

0 médecins

0 paramédicaux

0 pharmaciens

0 vétérinaires

0 chirurgiens-dentistes

0 réservistes

Les missions du SSA


Soutien médico-chirurgical des forces armées dans toutes les missions et exercices en France et à l’étranger

  • Evaluations, soins, prévention et aptitudes tout au long de la carrière du militaire
  • Médecine du sport et tropicale
  • Prise en charge des malades et blessés


Santé publique

  • 8 hôpitaux militaires ouverts à tous les assurés sociaux
  • Participation aux plans gouvernementaux (grippe, Ebola 2014-2015, attentats Paris 2015) et interventions françaises lors de catastrophes (Haïti, Fukushima, Germanwings)
  • Intervention d’experts : maladies infectieuses et tropicales, épidémiologie, recherche

LES COMPOSANTES DU SSA

L’équilibre entre ces 5 composantes garantit la qualité du soutien santé sur les théâtres d’opérations

LE SOUTIEN MÉDICAL EN OPÉRATION

Un concept quasi-unique en Europe

le déploiement des équipes médico-chirurgicales au plus près des combats (médicalisation de l’avant)


Déploiement d’une chaine santé complète et autonome

pour garantir aux blessés les meilleures chances de survie et de récupération fonctionnelle


Médecine d’urgence en environnement hostile / extrême

  • Prise en charge d’afflux massifs de blessés sur tous les théâtres d’opération et sur le territoire national (attentats)
  • Conception et enseignement du sauvetage au combat aux armées
  • Formation d’équipes médicales civiles : SAMU (afflux de blessés par armes de guerre)

 


Conception et déploiement d’unités médicales et de produits de santé en contexte de crises sanitaires

  • Centre de traitement des soignants de Conakry (CTS – 2015)
  • Plasma lyophilisé (PLYO, centre de transfusion sanguine) et antidotes NRBC (pharmacie centrale des armées)
  • Veille et alerte épidémiologique au profit de l’OTAN et de la santé publique (dengue, chikungunya, Zika, Ébola)

à retenir


Hauts niveaux de formation et d’équipement : centres de simulation, serious game et plateforme e-learning (Ecole du Val-de-Grâce)


Acteur impliqué de la santé publique expérience opex transposable sur le territoire national


Capacité à faire évoluer en permanence ses équipements, les compétences de son personnel et sa doctrine d’engagement


Organisme le plus féminisé du ministère des Armées : 60 % de femmes

RÉSEAU WEBSSA | MENTIONS LEGALES | SUIVEZ-NOUS